Premiers résultats de l’Aquapad

« Voici les premiers résultats d’AquaPad, l’expérience qui me permettra de contrôler ponctuellement la qualité de notre eau tout au long de ma mission Proxima. Il s’agit d’un dispositif très facile d’utilisation : il me suffit d’injecter un peu d’eau sur un coton absorbant et d’attendre de voir combien de points colorés apparaissent. Ces derniers correspondent à des bactéries et leur nombre détermine la potabilité de notre eau. Quand on sait que celle-ci est recyclée à 80% à partir de notre sueur et nos urines, il y a intérêt à ce que la technique marche ! L’image sur la tablette correspond à EveryWear, une application créée sur mesure pour faciliter le quotidien des astronautes et donc accroître le temps passer à faire de la science. Une sorte d’assistant personnel « connecté » et développé par le CNES à Toulouse. Dans le cadre d’AquaPad, l’appli EveryWear m’aide à analyser le nombre de points colorés pour contrôler la qualité de notre eau. » Thomas PESQUET

resultats_aquapad

La maintenance au sein de l’ISS…

« À peine 72h qu’on était là et on a déjà dû passer presque une journée entière à réparer les sanitaires. Digne d’un épisode de The Big Bang Theory ! Vivre à bord de l’ISS implique beaucoup de maintenance. C’est une des raisons pour laquelle notre formation est aussi variée : nos connaissances en plomberie nous ont été bien utiles hier avec Peggy dans le compartiment de collecte et d’hygiène (Waste and Hygiene Compartment), l’un des deux toilettes opérationnelles de la Station. » Thomas PESQUET

peggy_toilette

L’Aquapad…

« Aquapad devrait grandement simplifier l’analyse de la qualité de l’eau, dans la Station comme sur Terre, grâce à une utilisation facile et un diagnostic plus rapide qu’avec les dispositifs actuels. L’eau que l’on boit sur l’ISS est en majorité recyclée et il nous faut donc vérifier sa potabilité. Le temps gagné avec Aquapad permettra d’accorder une plus grande place aux expériences scientifiques dans l’emploi du temps des astronautes. Sur Terre, un tel outil serait évidemment précieux partout où l’accès à l’eau potable est problématique, y compris après des catastrophes naturelles. » Thomas PESQUET

aquapad_iss